stop

Hello à tous ! 

 Alors, ça fait un petit moment que je veux vous parler de mon expérience avec les Auxiliaires de Vie Scolaire(AVS), renommées récemment AESH (Accompagnant des Elèves en Situation de Handicap) 

Pour des raisons d'habitude, je continuerai à les nommer AVS, si ça ne vous dérange pas... 

Seulement, si j'écrivais tout ce que j'ai à dire sur les AVS en une seule fois, l'article serait dix fois trop long. Donc, pour l'instant, on va se contenter de faire une mise au point sur les AVS , leur fonctions auprès d'un enfant handicapée et les problèmes qu'elles  rencontrent. 


 

C'est quoi un AVS?

Un AVS est une personne qui est chargée d'accompagner un élève handicapé pendant la classe, afin de faciliter (théoriquement) sa scolarité. 

Contrairement à ce que beaucoup de jeunes élèves (ou adultes) pensent, la première fonction d'une AVS n'est pas d'aider un élève à faire son travail scolaire. Elle peut faire un peu de soutien scolaire, s'il y a besoin mais ce n'est pas sa priorité. Et,elle ne fait pas les devoirs à la place de l'élève. 

 

Les premières fonctions d'une AVS sont plutôt des tâches annexes qui favorisent l'autonomie de l'élève, et lui permettent de ne pas perdre du temps et de l'énergie qui pourraient être mieux employés. 

Exemples concrets :

- Ranger, ordonner les classeurs/ cahiers de l'élève pour qu'il puisse facilement se retrouver dans ses cours

-Prendre note des cours ou les dicter à l'élève,

- L'aider à faire son sac, à ne rien oublier 

- Porter son sac/ son plateau à la cantine 

- Scanner/ imprimer/ grossir les documents sur lesquels l'élève doit travailler en classe

-Accompagner l'élève en sortie scolaire

-Engager un dialogue avec l'enseignant et les parents pour suggérer de nouvelles aides possibles

...etc 

Bien sûr, ces tâches  ne sont que des exemples et sont  à adapter à chaque élève, Elles correspondent globalement à mon vécu personnel. 

Ensuite, seulement on trouve le soutien scolaire, SI BESOIN.  

Personnellement, je  n'avais,pas besoin de soutien scolaire, sauf pour les mathématiques, en raison de ma dyscalculie. (dyscalculie = dyslexie des chiffres) 

 


 

Le problème? 

Pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec le monde du handicap, vous vous dites peut-être 

"Bah alors, tout va bien,pourquoi elle vient nous emmerder avec ses AVS?" 

Sauf que non...   En vrai, il y a des problèmes... De gros problèmes.  

 

1er problème : Not enough ! 

Vous vous en rendrez vite compte. Chaque année, on médiatise au moins 2 cas de parents qui n'ont pas d'AVS pour leur enfant.

Chaque année, avant la rentrée, des pétitions sortent parce que le gouvernement n'affecte PAS ASSEZ d'AVS auprès des enfants QUI EN ONT BESOIN ! 

 

2ème problème : Pas formés/ Cas sociaux 

La plupart des AVS sont des personnes qui n'ont pas reçu de formation pour travailler auprès des élèves handicapés et qui apprennent "sur le tas". 

De plus, ce sont des personnes, qui, déjà, à la base, ont un niveau d'études souvent bas, voire très bas (il faut dire les choses comme elles sont).

 

Donc, si je résume la logique de notre gouvernement :

On envoie auprès d'élèves qui ont potentiellement plus de difficultés que les autres des personnes qui ont elles-mêmes un niveau d'études souvent médiocre. Et après, on s'étonne que les personnes handicapées aient plus de difficultés scolaire que la moyenne ! 

 

 Source: Externe

Cet exemple confirme l'idée que j'ai souvent répétée :Le handicap, c'est la société qui le crée,qui l'agrave et qui en fait un facteur d'exclusion.

 

Avec un accompagnement scolaire adéquat, je suis sûre que beaucoup plus d'enfants handicapés deviendraient des adultes accomplis et intégrés dans la société. 

Pour donner un "échantillon" de ce que ça peut provoquer, je me permets d'insérer quelques lignes du livreNe dites pas à ma mère que je suis handicapée,elle me croit trapéziste dans un cirque" de Charlotte de Vilmorin (que je vous encourage à lire).

 

"C'était un boulet. Pour couronner le tout, elle faisait des fautes d'orthographes hallucinantes qui m'empêchaient définitivement de relire ce qu'elle avait lamentablement écrit  à ma place. Je me souviens d'un mot sur le cahier d'histoire "l'aurison";

J'avais passé un temps fou à me dire :"Mais qu'est-ce que c'est que ce mot?

L'horizon. Ah. Merci" 

Source: Externe

3ème problème : Précaire !

C'est le coup classique que tout élève handicapé a connu au moins une fois....

Mettons que ça se passe super bien avec un AVS. Qu'elle soit, par miracle, suffisament bien formée, suffisament gentille, suffisament pédagogue et investie pour que ça se passe bien.  L'élève est heureux à l'école, fait des progrès, son avenir est sur une bonne voie...

Mettons que l'enfant aime beaucoup son AVS. Qu'elle soit un peu comme un grand frère ou une grande soeur, un peu comme une amie. 

Et puis, au bout de 2 ans maximum, on retire l'AVS à l'enfant.

Motif: son  contrat s'arrête ou elle doit être déplacée auprès d'un autre enfant

Tant pis pour le gosse. Tant pis pour la famille. Tant pis pour le déchirement affectif. Tant pis pour l'AVS qui doit trouver un autre travail ou tout recommencer à zéro avec un autre enfant. Tant pis pour le lien très fort qui s'est crée et qui doit disparaître, comme s'il n'avait jamais compté. 

 

 4ème problème: Salaire de merde 

Faut le dire, les AVS ont un salaire de merde et ne sont pas reconnues  pour leur travail dans la société. Alors, il leur faut pas mal decourage pour le faire.


Voilà ! Maintenant que vous savez tout, vous pourrez lire mon témoignage   personnel en gardant en mémoire que je ne suis pas un cas isolé. Et que mon parcours est celui de plein d'autres enfants qui sont en souffrance dans leur scolarité... 

A bientôt !