Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais à chaque fois  qu'on parle d'une personne handicapée, il y a toujours la même expression qui revient:

 

 

"Leçon de vie" 

 

Je vais tâcher d'expliquer pourquoi cette expression m'énerve. 

 

 

Tout d'abord "Leçon de vie" c'est typiquement le genre d'expression toute faite, qu'on utilise pour tout et n'importe quoi, sans  s'interroger sur sa signification réelle. 

On ne sait pas qui l'a inventée,  mais on l'entend depuis toujours. 

 

Et moi, les expressions toutes faites, je m'en méfie beaucoup. C'est le début des préjugés. Il faut toujours tâcher de réfléchir au langage qu'on utilise. 

Vous savez, on imagine toujours qu'on pense d'abord et qu'ensuite seulement, les mots viennent nous aider à formuler nos pensées. Mais en réalité, c'est l'inverse. Ce sont les mots qui conditionnent nos pensées.  Pourquoi croyez-vous que les hommes politiques travaillent à ce point le langage et banissent certains mots de leur vocabulaire? 

Par conséquent, si notre langage dit de la merde, on risque fort de penser de la merde.

En fait, cette expression me fait toujours penser à ce passage dans le conte pour enfants Tistou les pouces verts (que je vous conseille fortement de lire avec vos enfants si vous avez l'occasion, c'est une merveille). 

"Les grandes personnes ont, sur toutes choses, des idées toutes faites qui leur servent à parler sans réfléchir. Or, les idées toutes faites sont généralement des idées mal faites. Elles ont été fabriqués il y a très longtemps, on ne sait plus par qui; elles sont très usées, mais comme il y en a plusieurs à propos de n'importe quoi, elles ont ceci de pratique qu'on peut en changer souvent" 

 

Alors, pour lutter contre les idées toutes faites, je propose de décortiquer cette expression; 

 

expression leçon de vie

 Vous pouvez cliquer sur l'image pour mieux voir 

 

Pistes de réflexion : 

   

   Concernant le mot" leçon" : 

  • Une personne handicapée existe t-elle pour donner des leçons aux personnes valides? 
  • N'a t-elle pas le droit d'avoir ses propres objectifs dans la vie? D'exister pour elle-même
  • N'est-ce  pas une façon d'utiliser  certaines personnes à vos propres fins? D'en faire des objets d'inspiration pour vous-même ? N'est-ce pas un raisonnement un peu égocentrique et égoïste?   

 

Concernant le mot "vie" : 

- Pourquoi les personnes handicapées ou malades auraient-elles plus compris le sens de la vie que les autres? Qu'est-ce qui nous rendrait plus légitimes pour ça? 

- La maladie ou le handicap donnent t-ils obligatoirement la sagesse ou le courage? Les personnes handicapées ont-elles une poudre magique qui nous révèle le sens de la vie et nous donne le droit d'être des modèles?  

- Est-ce que ça ne serait pas plutôt un mythe? Une manière rassurante et stéréotypée de donner un sens à un phénomène qui n'en a pas? (et n'a pas besoin d'en avoir) 

- Est-ce que cette façon de considérer les personnes handicapées ou malades comme des "modèles" ou des exemples (de courage, de sagesse) va vraiment aider à nous considérer à égalité avec les autres citoyens? 

 

Sagesse

Parchemin sur lequel est écrit : "Recette de la sagesse. Visible seulement pour les personnes handicapées et malades. Tant pis pour toi, sale valide ! Bisous." 

 

Mon point de vue : 

Je suis une personne.   Pas un objet ni un outil d'inspiration. Je n'ai pas à vivre pour servir de leçon aux valides. 

J'existe pour moi-même, pour être heureuse. Je n'ai pas besoin de justifier mon existence en étant un "modèle" ou un exemple.  

Source: Externe

 

Gif : Un enfant (Anakin Skywalker) qui dit "Je suis une personne) 

De plus,  souvent, ce genre d'expressions est utilisé pour des choses absolument banales du genre : "Oh regarde, elle est handicapée et elle a le sourire !", "Oh regarde, elle est handicapée et elle réussit ses études, quelle leçon de vie!" 

Je trouve triste de vivre dans un monde où on croit si peu aux capacités des personnes handicapées que le simple fait de sourire ou de faire des études est vu comme un exploit . Où la réussite d'une personne handicapée est sacralisée comme si on avait trouvé le St Graal.

 Dans ce cas, ce genre de "compliments" devient quasiment une insulte car on se rend compte qu'aux yeux de telle ou telle  personne, on aurait dû être enfermé en institution et pas en train de réussir brillamment nos années de fac. Et en dépression de préférence, parce que "c'est trop triste d'être handicapé". 

 

Ce n'est pas comme ça qu'on va devenir des citoyens comme les autres... Alors, s'il vous plaît, laissez tomber cette expression ! 

 

Pour aller plus loin : 

Inspiration porn : Page wikipédia 

 

Crédits photos : 

Pixaby // CC0 

Giphy// Disney